//
L'Article...
Commercialisation en Ligne, e-reputation, Hotel Insolite, Hotel Management, Marketing Communication

Le besoin d’innovation dans un paysage hôtelier en constante mutation

Aujourd’hui, je vous encourage vivement à lire l’article ci-dessous écrit par Dominique BAMBIER du CRT Auvergne – Texte original sur le site du Comité Régional du Tourisme d’Auvergne .

Sa vision sur le virage à prendre par les professionnels du tourisme et de l’hôtellerie est vraiment pertinente ! Je suis totalement en phase avec son point de vue sur la nécessité d’innover pour adapter son offre face à la percée de l’économie collaborative.


L’hébergement est sans doute l’élément qui cristallise le plus la crainte d’une déception. Qu’il s’agisse de simplement bien dormir lors d’un voyage d’affaires ou de trouver un cadre épanouissant pour l’harmonie familiale, il génère beaucoup d’attentes très diverses selon la nature du séjour et les générations de clientèles. Autant dire que le client veut être rassuré sur la nature, le standing et la pertinence de son choix, et que la clarté et la lisibilité de l’offre sont essentielles.

Pourtant, c’est un peu l’inverse qui est en train de s’engager. Une chambre d’hôtel, une chambre d’hôte ou une auberge de jeunesse avaient jusqu’à maintenant un statut clair et une liste de prestations spécifiques dans un registre qualité/prix assimilé par la majorité des clients. Or les cartes sont en train d’être rebattues, une nouvelle donne est en cours et il devient parfois bien difficile de cerner la nature de l’hébergement proposé.

Car les frontières entre les genres s’effacent et les hébergements s’hybrident.  Mais… cette chambre design à prix très abordable, où est-elle donc située ? Dans une auberge de jeunesse ? Dans l’appartement d’un particulier ? Non, dans un hôtel. Les attentes clients sont maintenant si diverses qu’elles débouchent sur une multiplication des formules disponibles, mises en œuvre par les acteurs de l’hébergement touristique cherchant à attirer des clientèles nouvelles.

L’hôtellerie notamment, confrontée à la réussite des plateformes d’hébergement chez l’habitant repense ses lieux de vie pour les adapter à une clientèle volatile, et de grands groupes s’écartent de leur offre historique pour proposer sous des micro-marques de nouveaux établissements adaptés à des cibles fines. L’hôtel devient un bnb, pour des  clientèles désireuses d’immersion (succès d’Airbnb) mais en attente d’un niveau de services proche de celui d’un hôtel.

Dans ces endroits d’un nouveau genre dotés d’espaces partagés accordant une large place à la rencontre et la convivialité, se mêlent voyageurs d’affaires, touristes, travailleurs, résidents ou simples passants, attirés par l’ambiance décontractée, le design et la connectivité, les services ou l’usage multiple des lieux qui peuvent accueillir expos, concerts ou expériences insolites. L’effacement des frontières facilite le développement et l’exploitation (voire la reconversion) des établissements tout au long de leur cycle de vie.

OTA vs Hoteliers

Economie Collaborative et Distribution

La génération Y (15-35 ans) se retrouve bien dans ce nouveau paysage. C’est d’ailleurs en réponse à sa manière bien à elle de consommer le tourisme que le secteur de l’hébergement évolue si vite. Pour séduire un Y, l’établissement doit avoir un certain « je ne sais quoi ». Sinon, pourquoi le choisir ? Où est l’intérêt de mettre sur Instagram ou Facebook la photo d’un endroit ennuyeux ? Les nouvelles auberges de jeunesse répondent d’ailleurs de leur côté à ces motivations.

La carte de l’offre d’hébergements est parfois moins nette qu’avant pour les générations précédentes, mais des constantes existent cependant : se retrouver comme à la maison, obtenir une prestation fluide et de qualité et bénéficier d’attentions ou de services personnalisés. Ces derniers sont une voie royale de différenciation. Pour cette raison, de grands groupes hôteliers dépassent la crispation concurrentielle et mettent un pied dans l’économie collaborative pour proposer de nouveaux services à leurs clients.

Ainsi des partenariats sont nés entre At The Corner et des hôteliers des quartiers touristiques parisiens, ou entre le groupe Hyatt etOnefinestay pour fournir aux clients de ces acteurs collaboratifs des services de niveau hôtelier en attendant que l’appartement réservé soit disponible : check-in/out, garde des bagages, utilisation de la salle de bain d’une chambre, billetterie, accès à l’espace bien-être… Le retour attendu par les hôteliers est bien sûr une entrée en contact avec ces clients et leur éventuelle fidélisation pour leur propre compte.

Pour lire la suite du texte, allez visiter le site du CRT : Texte original sur le site du Comité Régional du Tourisme d’Auvergne 

 

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :