//
L'Article...
Uncategorized

Groupon critiqué pour son modèle economique et sa e-reputation

Source : http://lexpansion.lexpress.fr/
Date : 07/09/2011
Titre original : Faut-il croire aux promesses de Groupon?

Groupon aurait dû s’introduire en Bourse ce mois-ci. Avec Zynga et Facebook, c’était l’une des opérations les plus attendues dans le secteur de l’internet. Mais cela ne se fera pas. Le roadshow est annulé, et l’introduction reportée sine die. De quoi alimenter les rumeurs qui n’en finissent pas de graviter autour du site d’achats groupés. Survalorisé par les investisseurs ou traité de tous les noms par des commerçants et des consommateurs déçus, Groupon a de plus en plus de mal à garder son équilibre.

La faute à la conjoncture ou à un mauvais bouche à oreille ?

Ce que dit Groupon : La source du Wall Street Journal à l’origine de l’information sur le report de l’IPO tient sans doute le discours que tiendra Groupon : les conditions de marché sont mauvaises, le marché est devenu trop volatile depuis le début de la crise boursière cet été. L’IPO se ferait à un prix bradé, mieux vaut attendre.

Ce qui se dit : Il est vrai que ce n’est pas le meilleur moment pour rentrer en Bourse. Les valeurs technologiques n’ont pas été épargnées par le marasme. 15 IPO ont été annulées en août aux Etats-Unis d’après le Wall Street Journal. Mais il ne s’agirait pas de la seule raison à l’origine du report de l’IPO. Les rappels à l’ordre de la SEC, l’autorité boursière américaine, ont certainement joué selon plusieurs investisseurs. La première fois, la SEC a demandé à Groupon de ne pas employer un instrument comptable qui peignait un tableau exagérément avantageux de ses finances dans son dossier d’introduction, en excluant les dépenses d’acquisition marketing du résultat opérationnel. La seconde fois, elle a lancé une enquête sur le memo envoyé à ses employés par Andrew Mason, le patron de Groupon, pour motiver ses troupes et démonter une par une les critiques contre la société. Ce mémo avait été publié par AllThingsD. Une fuite fâcheuse, car Groupon se trouvait alors dans la « période de silence » qui doit précéder les introductions en Bourse.

Un modèle viable ou trop consommateur de cash ?

Ce que dit Groupon : dans son fameux mémo, Andrew Mason explique que ses dépenses marketing baissent et que la rentabilité de la société augmente. Même si les pertes sont réelles, vu la croissance du site, à long terme le modèle est viable.

Ce qui se dit : Tout le monde n’est pas d’accord sur la baisse des coûts marketing. Et de plus en plus de gens s’alarment du « cash burning rate » de Groupon. Au point de prévoir une faillite d’ici à six mois si l’entreprise ne trouve pas de nouveaux financements. Or, si elle annule son IPO, elle va devoir procéder à une nouvelle levée de fonds pour faire rentrer le cash nécessaire à ses opérations. Ou alors elle devra se vendre. C’est son modèle économique qui est directement remis en cause.

La croissance ou l’essoufflement ?

Ce que dit Groupon : Andrew Mason jure que la croissance se poursuit et qu’il ne faut pas regarder les pertes d’aujourd’hui mais les profits de demain. De fait, la croissance du site impressionne.

Ce qui se dit : Après les craintes sur le business de Groupon en Chine, des signes de déclin apparaîtraient aussi sur les marchés matures de l’entreprise. A Boston par exemple, le revenu par abonné et les marges baissent. Des informations qui ne vont pas faire disparaître les doutes sur l’intérêt du site pour les consommateurs et les marchands.

Discussion

Une réflexion sur “Groupon critiqué pour son modèle economique et sa e-reputation

  1. GROUPON, escroc auprès de ses clients internautes: J’ai eu la déconvenue de me voir refuser mon droit de rétractation sur 2 commandes que je n’avais jamais voulu passer! Leur service en ligne pour le droit de rétractation ne fonctionne pas et Groupon n’a jamais fait droit à ma demande suite à plusieurs mails que je leur ai envoyés dans les délais de rétractation. Soyez donc vigilants, je vous conseille de passer par des concurrents plus attentifs aux droits et aux demandes de leurs clients. J’espère que la DGCCRF contrôlera cette société qui a des méthodes de vente et de service après-vente abusives auprès de ses clients.

    Publié par Bourgogne | 12 juin 2012, 17 h 50 mi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :