//
L'Article...
Tourisme

JO 2016 – Rio de Janeiro : la victoire des valeurs de l’olympisme… et la défaite du lobbying.

Le Comité international olympique (CIO) a choisi vendredi dernier à Copenhague d’ouvrir son terrain de jeu à l’Amérique du Sud en prenant le risque d’accorder les JO de 2016 à une ville, Rio de Janeiro. Il s’agir d’une victoire des valeurs de l’olympisme et d’une défaite du lobbying.

En élisant la métropole carioca, dont le dossier a longtemps été regardé avec condescendance par ses rivales et beaucoup d’observateurs du milieu olympique, les membres du CIO ont d’abord suivi la requête d’un pays-continent formulée par son président, Luiz Inacio Lula da Silva: le droit de l’Amérique du sud d’accueillir les premiers Jeux de son histoire. La troisième tentative olympique en 12 ans, a fait d’autant plus d’effet que se présentaient, en face, trois grandes villes rassurantes de pays ayant déjà organisé les Jeux.

Au moment de choisir entre l’audace et la sécurité, les Olympiens n’ont pas hésité, attribuant 66 votes à Rio contre 32 à Madrid lors de la finale et surtout, éliminant aux deux premiers tours Chicago, puis Tokyo, toutes deux un temps favorites du scrutin. La lutte finale contre Madrid et son leader Juan Antonio Samaranch fut stratégique…

Philosophiquement, il n’est pas loin d’évoquer le choix de Moscou, en 1980, ou de Pékin, pour les JO-2008, deux villes que le CIO avait privilégiées dans l’espoir de contribuer à l’ouverture de leur pays sur le monde.

Car, si le Brésil est un pays largement ouvert, il est en revanche à la recherche de moteurs pour stimuler les nécessaires changements de sa société. Avec 15 milliards de dollars de budget prévu hors JO (soit environ 5 fois plus que les autres candidates), Rio compte en effet profiter des Jeux pour se transformer.

« Nous allons changer les bidonvilles en banlieues, changer nos mentalités, donner une chance à la jeunesse et les JO seront un accélérateur » avait promis Lula lors de sa première conférence de presse à Copenhague.

Au-delà de ces projets Rio va devoir, en vue des JO et de la Coupe du monde de football qu’organisera le Brésil deux ans plus tôt, construire des hébergements temporaires qui seront transformés en logements sociaux, rénover des routes, moderniser ses systèmes sanitaires, régler, si cela se peut, le problème de l’insécurité.

Et surtout revoir de fond en comble un système de transports archaïque dont la refonte est rendue d’autant plus nécessaire que le projet olympique de Rio est le plus éclaté des quatre projets qu’avait à départager le CIO. Les sept ans qui séparent Copenhague des JO de 2016 ne seront pas de trop. Mais les plans marketing pour séduire les sponsors locaux sont déjà prêts à être lancés. Rio ne doutait pas de sa victoire, mais nous un peu…

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :