//
L'Article...
Tourisme, Uncategorized

Activité touristique et hôteliere sur Bordeaux

Dans un marché du tourisme marqué par la crise partout en France, Bordeaux est parvenu cet été à tenir sa position héritée du classement Unesco, acquis il y a deux ans. Les responsables de l’Office de tourisme décrivent « une belle saison 2009 », sans doute sauvée par la clientèle nationale, alors que les étrangers ont été moins nombreux que d’habitude.

Contexte défavorable

Le contexte national était pourtant assez défavorable à l’activité touristique. Obligés de multiplier les promotions pour continuer de vendre leurs produits, les voyagistes ont enregistré un recul de 11 % de leur chiffre d’affaires entre mai et juillet dernier. Ce qui en dit long sur la déprime du secteur, mais qui a en fait profité au produit France. Crise oblige, la clientèle française est plutôt restée chez elle, ce qui a permis de compenser la désaffection des étrangers. Et Bordeaux fait partie des villes qui ont profité du phénomène. La clientèle française a en effet représenté 73 % des touristes accueillis à Bordeaux cet été, contre seulement 66,4 % en 2008. Les étrangers étant en recul, la hausse de la fréquentation constatée à Bordeaux est donc à mettre à l’actif des touristes français. Côté chiffres, la fréquentation de l’office de tourisme a ainsi connu une hausse de 6,10 % en juillet 2009, par rapport à 2008 qui était pourtant une très bonne année. La progression s’est poursuivie au mois d’août, bien que dans de moindres proportions (+3,6 % par rapport à août 2008). Enfin, l’office de tourisme a dépassé plusieurs fois entre juillet et août les 4 000 visiteurs par jour, chiffre record.

Au coeur de la saison, le syndicat hôtelier Synhorcat (2e organisation professionnelle en France) annonçait que « les villes qui proposent des manifestations culturelles battent des records de fréquentation ». Bordeaux était concerné, avec une progression de 10 % (Nantes : +15 %, Avignon : +4 %). En l’absence de grande manifestation en juillet, Bordeaux semble profiter en été de l’appel constitué par les grandes fêtes d’avant saison (fleuve cette année, vin en 2008).

D’une manière générale, le littoral Atlantique s’en tire mieux que le reste du territoire, ce qui profite également à la capitale girondine. Mais le gros atout de Bordeaux reste le patrimoine, certifié par le label Unesco. Cela s’est encore vérifié cet été. « Les touristes manifestent toujours un très fort intérêt pour le patrimoine », confirme Stéphan Delaux, président de l’office de tourisme. En juillet, les visites de vignobles ont ainsi connu une progression de « seulement » 11 %, alors que celles des monuments de Bordeaux ont fait +26 %, et que celles de la ville ont explosé (+30 %). Les autocars décapotables, qui se sont spécialisés dans les circuits liés au patrimoine, ont eux aussi enregistré de très bons chiffres : +38 % d’activité en juin, +27 % en juillet, +21 % en août.

Menace sur l’Unesco ?

Qu’adviendrait-il si Bordeaux perdait le label Unesco, pour cause de pont Bacalan-Bastide ? Selon Stéphan Delaux, « l’Unesco a consacré ce qu’est devenue la ville », profondément remaniée sur le plan urbain ces dernières années. Sous entendu : le succès touristique ne dépend pas uniquement du label. « Le label a apporté un éclairage très fort sur la valeur patrimoniale de la ville et c’est cette forme de tourisme qui progresse aujourd’hui. Mais je n’envisage pas que l’Unesco sanctionne Bordeaux pour un pont conçu pour laisser passer les bateaux dont la présence est indispensable au tourisme comme en matière de patrimoine ».

Bordeaux n’a pas échappé au recul général constaté dans l’hôtellerie cet été. Sans connaître les sévères évolutions notées à Lille (nuitées en baisse de 16 %) ou à Paris (chiffre d’affaires des hôtels en baisse de 15 %), Bordeaux a connu un été « médiocre », selon Thierry Gaillac, patron de l’hôtel Burdigala, également représentant syndical. « L’hôtellerie économique s’en tire bien, mais plus on monte dans le nombre d’étoiles plus on souffre. De toute façon, l’été n’est pas une saison forte pour l’hôtellerie haut de gamme qui repose sur la clientèle d’affaires. De plus, cette année, la clientèle étrangère a fait cruellement défaut. Cela s’est vu dans les chiffres de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac. Enfin, la bonne météo a favorisé de littoral. La crise est sous-jacente, et il y a de gros soucis à venir en matière de clientèle d’affaires. L’effet sur les prix, c’est des baisses de 10 % dans les trois étoiles et de 20 % dans les quatre étoiles », souligne Thierry Gaillac.

Si les touristes, surtout français, sont venus en nombre cette année, tout indique que les hôtels en ont donc peu profité. La hausse du tourisme non marchand (le fait de loger dans la famille ou chez des amis) est d’ailleurs constatée par l’office de tourisme.

Toutefois, là encore, Bordeaux s’en tire mieux que d’autres villes. Selon une étude du cabinet spécialisé MKG, la fréquentation des hôtels aurait reculé de 25 % en Espagne cet été (par rapport à l’été 2008), et de 20 % en Italie. Dans le même temps, elle n’aurait baissé que de 10 % en France. À Bordeaux, le recul est mesuré par le « revpar », un indicateur utilisé par la profession, qui mesure le revenu disponible par chambre. La baisse du « revpar » s’est limitée ici à -1,2 % (avec un revpar à 38 euros/chambre), alors qu’elle a atteint 17 % à Toulouse, 15 % à Grenoble ou encore 10 % à Lyon. Le record étant détenu par la Côte d’Azur, avec une chute du revpar de 20 %. Depuis 2001, Bordeaux avait enregistré une hausse de 10 % de son activité hôtelière, malgré la croissance du nombre de chambres. L’été 2009 n’a pas permis de poursuivre cette tendance.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :