//
L'Article...
Hotel Management, Tourisme

L’Hotellerie de plein air : tendances 2009 et changement des comportements

Sous la tente, en camping-car, en mobil-home ou en chalet, les vacances en plein air ont le venten poupe. Cet été, avec 19 % des réservations prévues, l’hôtellerie de plein air devrait passer pour la première fois devant les locations (17 %) et les hôtels (10 %), selon une étude publié par le Monde.

La tendance du marché de l’hotellerie de plein air : Saison 2009

Dans une tendance en repli de 12 %, seules les réservations de mobil-homes et de chalets en camping ainsi que les gîtes sont en progression. En 2008, l’hôtellerie de plein air a généré un chiffre d’affaires de plus de 2 milliards d’euros. Et la France est la championne des campings, en Europe, avec 40 % des terrains et un quart des emplacements. « Malgré la crise, la saison 2009 s’annonce bien, déclare Guylhem Féraud, président de la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air (FNHPA). Et le niveau des réservations est en hausse par rapport à l’an dernier. »

Changement de comportements des clients

Selon une autre étude, réalisée, en mai, par OpinionWay et Strategy.One pour la FNHPA et publiée le 3 juin, les vacances des campeurs français évoluent. Ils prévoient, cet été, d’aller moins loin et de partir moins longtemps. On passe de quinze jours à dix jours de vacances, avec moins de restaurants, de sorties et de visites. « Les clients sont beaucoup plus attentifs qu’avant au prix, tout compris, et cherchent la bonne affaire », déclare M. Féraud. Ce qui se traduit par des réservations dès les mois de janvier et février, ou au contraire à la dernière minute pour dénicher les bons plans.

Autre tendance relevée par les études, les vacanciers ont envie de se couper du monde, de limiter les déplacements et cherchent des expériences plus « écolo ». Planter sa tente sur le terrain d’une ferme bio dans les Pyrénées, au milieu des vignobles de Bergerac ou dormir dans une roulotte au bord de la Loire est très demandé, autant de lieux insolites listés par Keith Didcock dans son guide Camping écolo-chic. Et pour les plus fortunés, la chaîne des Castels propose des hébergements de luxe en bungalow toilé avec terrain de golf, centre balnéo ou plongée sous-marine.

Les destinations et la fréquentation

Cette année, l’arc méditerranéen a été réservé encore plus tôt que les années précédentes. Le mois de juillet, souvent moins cher, est privilégié par rapport aux départs en août. Et certains clients ont modifié leur projet de vacances, en particulier à l’étranger, en choisissant de rester en France et en essayant le camping.

Evolution du produit : du camping à l’hotellerie de plein air

Il faut dire que les vacances en plein air n’ont plus grand-chose à voir avec ce qu’elles étaient dans les années 1980. La canadienne a progressivement cédé sa place à des habitations légères de loisirs, de type mobil-home, chalet… toujours plus grands et confortables. Des bungalows en toile et meublés ont même fait leur apparition. « Le client veut à la fois un hébergement de plus en plus confortable, mais aussi une palette d’animations permettant à chaque membre de la famille de s’y retrouver, et ce dans un environnement soigné, offrant des équipements de loisirs, des services et des animations de qualité », déclare Didier Arino, directeur de Protourisme. En vingt ans, le nombre de piscines a presque triplé, et celui des campings équipés de courts de tennis et de restaurants a plus que doublé. Une évolution spectaculaire, qui attire des touristes avec un pouvoir d’achat plus important. Conséquence : la catégorie des une et deux-étoiles continue de régresser au profit des trois et quatre-étoiles, de plus en plus recherchés. Un projet de création d’une cinquième étoile est même en cours. Les catégories socioprofessionnelles plus élevées ont aussi succombé au charme de la nature, en particulier les familles avec enfants, attirées par les activités proposées : aquaparc, tournoi de foot, tennis… « Les enfants sont toujours sûrs de trouver des copains du même âge, déclare Sylvie, enseignante à Brest, et passent leur journée à jouer et à faire du sport.

Une idée des tarifs

 » Pour une semaine en juillet-août, prévoir 450 euros à 500 euros la tente (de 5 à 6 personnes) aménagée (cuisine et deux chambres). La même avec des sanitaires et une terrasse se loue 650 euros à 700 euros. Il faut compter 900 euros pour un mobil-home familial. Les prix varient sensiblement selon les régions. Parmi les plus chères, les bords de Méditerranée et la Corse, les Landes et la Vendée, devant la Bretagne. Le littoral est de loin la destination phare, tandis que l’intérieur des terres, la campagne et la montagne attirent moins de vacanciers. Les prix y sont également moins élevés (- 20 %). En dehors des deux mois d’été, les prix chutent considérablement, de – 20 % à – 50 %.

Article publié sur www.lemonde.fr le Jeudi 4 Mai 2009

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :